régime méditerranéen et génétique

Le régime méditerranéen modifie favorablement notre  patrimoine génétique

 

L’effet préventif de la nutrition vise essentiellement  à éviter certaines maladies aux sujets d’âge moyen, en leur permettant ainsi de vieillir le plus longtemps possible en bonne santé. Car le vieillissement n’a pas d’âge : pour une date de naissance déterminée, certaines personnes jouissent d’une très bonne santé, tandis que d’autres sont fragilisées par une maladie chronique. L’exemple de certaines populations  comportant beaucoup de centenaires montre des aires « Blue Zone » dans le monde où le nombre de centenaires semble particulièrement important, parmi lesquelles : Okinawa au Japon, la Sardaigne en Italie, Icarie en Grèce ou la Péninsule Nicoya au Costa Rica

Mais on ne connaissait pas bien les maillons  précis entre l’alimentation et la génétique qui joue sur la synthèse des protéines et contribue au déclin progressif du fonctionnement de nos cellules.

 

Les bienfaits généraux du régime méditerranéen

 

Le régime méditerranéen traditionnel se caractérise par un apport élevé de légumes, de fruits, de noix, de légumineuses et de graines non raffinées, une forte consommation d’huile d’olive. Il comporte une faible consommation de lipides saturés, de produits laitiers, de viande et de volailles  avec une consommation modérément élevée de poisson et du vin aux repas

.Toutes les études ont constamment démontré les bienfaits pour la santé d’un degré élevé d’adhésion au régime méditerranéen, y compris la réduction de la mortalité globale; L’incidence  des maladies chroniques, en particulier des maladies cardiovasculaires majeures, est réduite,  ainsi que  la probabilité accrue d’un vieillissement sain grâce aux effets antioxydants et anti-inflammatoires de cette alimentation.

Dans un article paru en 2016, des chercheurs suédois ont confirmé l’impact d’un régime méditerranéen avec un gain de 23 mois.

 

 

 

Comment   les chercheurs ont’ils  démontré le changement génétique

Ils ont  regardé attentivement les certains segments des chromosomes qui sont facilement visualisables par une simple prise de sang permettant de réaliser un caryotype

Les télomères sont des séquences d’ADN répétitives aux extrémités des chromosomes  qui subissent une  perte de substance ou attrition chaque fois qu’une cellule somatique se divise. Les télomères empêchent la perte d’ADN génomique aux extrémités des chromosomes linéaires et, à leur tour, protègent leur intégrité physique.

 

L’attrition  des télomères s’est avérée accélérée par le stress oxydatif et l’inflammation. La longueur des télomères est considérée comme un marqueur biologique du vieillissement; Les télomères plus courts sont associés à une diminution de l’espérance de vie et à une augmentation des taux de maladies chroniques liées à l’âge. La longueur des télomères diminue avec l’âge et varie considérablement d’un individu à l’autre. Les études suggèrent que l’attrition des télomères est modifiable, Ainsi, la variabilité de la longueur des télomères peut être partiellement expliquée par les pratiques de style de vie, y compris les régimes alimentaires

121 700 infirmières ont été enrôlées en 1976 dans une longue étude ; les télomères de 4676 femmes exemptes de maladies  ayant  rempli des questionnaires de fréquence alimentaire, ont montré une association entre une plus grande adhérence au régime méditerranéen et des télomères plus longs.

Ces résultats remarquables  confirment les avantages de l’adhésion au régime méditerranéen pour la promotion de la santé et de la longévité. L’explication pourrait être  liée au maintien d’un microbiote intestinal « protecteur », dont le rôle primordial se confirme dans le vieillissement.

 

 

.En France, l’Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a diffusé, en 2016  des recommandations nutritionnelles sur la population générale. Ses conclusions rejoignent en grande partie les principes du régime méditerranéen qui traduit une alimentation adaptée, capable de déjouer les pièges que constituent certains cancers, l’obésité, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, l’ostéoporose et, le vieillissement intellectuel.

 

 

  Pour aller plus loin

 

Marta Crous-Bou et al. Mediterranean diet and telomere length in Nurses’ Health Study: population based cohort study. BMJ 2014;349:g6674 doi: 10.1136/bmj.g6674

EURONUT-SENECA (1991). Nutrition in the elderly in Europe. Eur J Clin Nutr ; 45 suppl 3.

Ferry Monique, « Nutrition, vieillissement et santé », Gérontologie et société, 3/2010 (n°134), p. 123-132.

 

Vaiserman AM et al. Gut microbiota : a player in aging and a target for anti-aging. Ageing research reviews 2017;35:36-45. DOI : http://dx.doi.org/10.1016/j.arr.2017.01.001.

 

URL : http://www.cairn.info/revue-gerontologie-et-societe1-2010-3-page-123.htm DOI : 10.3917/gs.134.0123

 

Bellavia A, Tektonidis TG, Orsini N, Wolk A, Larsson SC. Quantifying the benefits of Mediterranean diet in terms of survival. Eur J Epidemiol. 2016 Feb 5.

Samieri C, Sun Q, Townsend MK, Chiuve SE, Okereke OI, Willett WC, Stampfer M, Grodstein F. The association between dietary patterns at midlife and health in aging: an observational study. Ann Intern Med. 2013 Nov 5;159(9):584-91.